GRÈVE DES PERSONNELS DE NUIT


     Initiée par l'équipe de la fédération de cardiologie depuis le 10 février 2009 - réclamant le recrutement de 4 infirmières - la grève du personnel de nuit s'est étendue à l'ensemble des services de nuit depuis le 21 février 2009.

     Depuis le 10 févier, l'équipe de nuit de la fédération de cardiologie est en grève. Les soignants de nuit refusent d'engager plus avant leur responsabilité professionnelle au vue des nombreux disfonctionnements existants.
     Le manque drastique d’effectifs de nuit ne permet plus à ce jour d’assurer la sérénité des patients. Depuis de nombreux mois, 14 infirmières assurent le travail de 19 infirmières.
      Lire le préavis de grève reprenant les revendications du personnel

     Depuis le 17 février, les agents de la fédération de cardiologie sont assignés au minimum, voire plus du tout. La directrice exerce ainsi un chantage maximum vis à vis des futurs retraits sur salaire. Certaine nuit, le travail n'est effectué que par des personnes extérieures au service, à la spécialité. Cet état de fait met bien sur en danger les patients hospitalisés dans ce service. Les membres du CLHSCT ont fait déjà trois Danger Grave et Imminent...
     La Grève Et la Dame de Fer

     Depuis le samedi 21 février, toutes les équipes de nuit, solidaires de leur collègues, se sont misent en grève. Désormais tous les soirs, c'est une soixantaine de personnes grévistes qui viennent chercher leurs assignations dans le hall de l'hôpital.
     Les personnels de la fédération de cardiologie sont toujours assignés au minimum, quand ils le sont. Le mouvement tient bon, malgré les tentatives quotidiennes de déstabilisation de notre directrice, Mme ORIO, lors de l'arrivée des personnels à 21h15 (refus de prendre en considération les personnels se déclarant gréviste le jour même, pression de la direction pour l'abondon du piquet de grève dans le hall, feuilles de positionnement des personnels grévistes "égarées"...).

     Jeudi 26 février, quelques équipes d'après-midi se positionnent grévistes (fédé. cardio, neurochir, rhumato, néphro...). Le jour même, c'est au tour d'équipes de jour de se déclarer grévistes pour le lendemain.
     La Grève du personnel de nuit doit d'étendre à tout l'hôpital
     Dans les jours qui suivent, l'organisation des assignations ressemblent enfin à quelque chose de normal, le personnel est assigné dans le calme et rapidement. Sans doute est-ce dû à l'absence de la directrice dans nos murs ce week-end.


     Mardi 3 mars au matin, blocage de la circulation devant Mondor par une quarantaine d'agents. Une heure pour marquer la colère du personnel, la direction (sans la directrice absente) se mobilise pour éviter les impairs. Deux médias étaient présents, Le Parisien et France 3.
     Le soir, un huissier nous attend pour venir constater avec notre directrice, un piquet de grève dans le hall (une table de camping avec des tracts dessus), ainsi que la dégradation des locaux (2 draps scotchés sur mur et fenêtre). L'huissier reste jusqu'à ce que tous les personnels aient eu leurs assignations.
     Que d'argent bêtement gaspillé, pour une personne venue sur Mondor pour y faire des économies...

     Mercredi 4 mars, une déclaration de « Danger Grave et Imminent » est déposée (la quatrième depuis le début de la grève) pour le service d'Immunologie Néphrologie. Le choix de la DSSI de ne pas assigner une infirmière, contre l'avis de l'encadrement, a mis le service en grande difficulté ! Un greffé est resté en salle de réveil pour la nuit suite à cette décision.

     Jeudi 5 mars, les administrateurs de garde refusent une fois de plus d'assigner les grévistes ne s'étant pas déclarés 24 heures à l'avance. Le personnel refuse d'aller travailler sans assignations, la direction les menace d' « Abandon de poste ». Après un sitting dans le hall d'environ 30 personnes refusant de bouger, la direction assigne tout le monde.
     Fin de semaine, la direction accepte enfin la proposition des syndicats d'un CLHSCT extraordinaire sur les problèmes des équipes de nuit. Celui-ci se déroulera mardi 10 mars à 19h.
     Week-end calme, comme toujours dès que Mme Orio n'est plus là tout va mieux.

     Mardi 10 mars 19h, CLHSCT extraordinaire consacré aux problèmes des équipes de nuit. Au cours de cette instance, aucune réponse aux attentes des agents : embauches, repos en 10h, jours dus, postes vacants, roulement (3-2-2, 4-3).
     Mme Orio était absente pour raison personnelle. MM. Speetbroodt (directeur adjoint), Malherbe (DRH) et Mme Gosse (DSSI) représentaient la direction : donc les choses ont été claires, pas de décision, encore moins de propositons... Si ! Une décision d'organiser une réunion, un autre CLHSCT sur les jours dus.
     
Ce que l'on doit retenir, c'est l'intervention des agents qui ont interpellé directement la direction, sur la réalité du travail de nuit, la fatigue accumulée, la mise en avant d'un certain mal être.
     Bien sûr la seule réponse était budgétaire - nous avons rappelé l'annonce d'un déficit à l'AP-HP de 104 millions €, et le rendu de 52 postes sur le groupe hospitalier Chenevier-Mondor - la direction a considérée qu'aucun arbitrage n'était finalisé (bla, bla, bla...).
     Concernant la grève, la seule « avancée » et position ferme reste la question des retraits de salaire actée par M. Malherbe.
     Encore un CLHSCT qui n'aura aucune incidence sur les problèmes de l'hôpital...


     Jeudi 12 mars, un mail intersyndical est envoyé à M. Benoit Leclerc, directeur général de l'AP-HP. Ce mail a pour but de débloquer une situation où le dialogue social s'est fortement dégradé avec la direction et ses représentants.
     Dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 mars, l'assemblée générale des personnels de nuit décide de suspendre la grève en attendant la réponse de la direction de l'AP-HP au mail envoyé dans la journée. La direction de notre établissement reste sourde aux revendications des personnels et cela même après 30 jours de grève.
     Suivant la suite des évènements la grève peut reprendre à tout moment ! La grève est donc suspendue mais pas arrêtée !! Des AG de nuit se tiendront dans les prochains jours pour tenir informer les personnels et décider des suites à donner au mouvement.

LA GRÈVE EST SUSPENDUE !!

vendredi 13 mars 2009


-